afacerilemn/woodbusinessportal
woodbusinessportal fr

LIGNA 2015 (du 11 au 15 mai 2015): Les drones en mission forestière - la gestion durable par voie aérienne

WoodBusinessPortal.com > Articles
Articles Articles

Immobilier, décoration, habitat, le salon Solutions Maison 2018 c`est 3 salons en 1



L`industrie du bois - en declin au Cameroun



Le bois est le materiau du futur



Deuil national de trois jours décrété en hommage aux victimes de l`attentat de Nice



Conférence LIGNA 2016: les inscriptions en ligne sont ouvertes



Construire avec le bois, les lauréats 2016



EXPOBOIS intègre le réseau WOODWORLD de la Deutsche Messe



De la fabrication de meubles à l`édition de logiciels, les géants du marché s`exprimeront lors de la Conférence LIGNA 2016



Forum International Bois Construction 2016



Une image de la filière bois en France



Le LIGNA 2017 se dote d`une nouvelle structure



Holzhaus 2015



La salle de bain en bois en style scandinave



500.000 poêles à granulés en France



Mobilier fabriqué à partir de déchets de bois



21 Mars, la Journée Internationale des Forêts



Basse-Normandie, France: Le Colloque de Bayeux 2015



France: Reportage sur les usines de mobilier



Prix national de la constructions bois 2014: 700 dossiers, mais 24 élus!



LIGNA 2015 (du 11 au 15 mai 2015): Forte compétence en usinage: pour sortir des sentiers battus



LIGNA 2015 (du 11 au 15 mai 2015): De la pièce unitaire à la grande série, l’automatisation intelligente ouvre la voie aux productions de toutes tailles



LIGNA 2015 (du 11 au 15 mai 2015): Les drones en mission forestière - la gestion durable par voie aérienne



Rencontre régionale pour l`emploi dans la filière forêt-bois en Rhône-Alpes



EXPOBOIS 2014, le salon des process de transformation et des usages du bois



Les acteurs de la filière bois tirent la sonnette d`alarme



Paris: Le Pavillon Bois



Bois et architecture: 20 novembre 2014



États Généraux du Bois dans la Construction



Colloque construction bois par FIBRA, 9 octobre 2014



France: Les propriétaires de forêts proposent plus de "concertation" aux scieries



Le Mois du Bois, du 26 septembre au 31 octobre 2014

L`arrêté signé le 29 juillet 2014 autorise la sortie de statut de déchet des broyats d’emballages en bois

19ème Fête du Bois et du Développement Durable - Urcel. 30 et 31 août 2014

Asta Koti Tampere | 30 août, 2014

APF Alcester | 18.09.2014 - 20.09.2014

IWF Atlanta | 20 - 23 août 2014

2e Forum franco-québécois bois & forêt - rendez-vous à Québec du 22 au 25 septembre 2014

Une première: le LIGNA présente le Wood Industry Summit

Eucalyptus et drones pour préserver la forêt amazonienne

Profondeurs - Largeurs - Hauteurs

LIGNA 2015 (du 11 au 15 mai 2015): Les drones en mission forestière - la gestion durable par voie aérienne


Communiqué de presse

Hanovre. Cela fait déjà des dizaines d’années que la photographie aérienne est utilisée pour réaliser l’inventaire des peuplements forestiers, cartographier les dégâts consécutifs à une catastrophe ou accomplir bien d’autres missions encore. Aujourd’hui, il est possible de recourir à des avions miniatures sans pilote, les drones, pour capturer ces images. La mise en service très souple de ces appareils permet en effet de prévoir des interventions à court terme et d’obtenir ainsi rapidement les images voulues. Volant à basse altitude, ces petits aéronefs peuvent également opérer par temps très nuageux. Autre avantage : équipés de moteurs électriques économes en énergie et silencieux, ils respectent l’environnement tout en réduisant les nuisances sonores pour les habitants et les animaux. Pourvus d’une caméra haute résolution ou de capteurs, les drones constituent le maillon manquant entre l’inspection sur site, toujours fastidieuse, et la reconnaissance aérienne par avion ou hélicoptère piloté, toujours onéreuse. Leur succès croissant s’explique à la fois par la baisse du prix des solutions proposées par l’industrie et l’amélioration constante des performances de ces auxiliaires volants télécommandés.

Tout comme les hélicoptères, les multicoptères peuvent décoller et atterrir verticalement, mais ici, ils sont pilotés depuis le sol au moyen d’un ordinateur portable. Equipés d’un GPS, ils sont capables de maintenir automatiquement leur position et leur altitude, ou d’atteindre une position GPS donnée. Les modèles les plus récents ont une autonomie de vol allant jusqu’à une heure, selon le type de construction et le poids. La caméra peut tourner à 360 degrés. De plus, la suspension intelligente et le système de contrôle de vol assurent le maintien automatique de la position, même par vent fort, ainsi qu’une grande stabilité à la prise de vue. Les images numériques transmises en direct depuis le multicoptère sont géoréférençables, c’est-à-dire localisables avec précision grâce à des coordonnées géographiques connues. Ceci garantit le repérage précis des objets photographiés. Pas de problème non plus pour les modèles de surface 3D. Certains fabricants ont développé des lunettes vidéo permettant de « faire un tour dans les airs » : pendant que le drone survole un objet à vue ou par GPS, l’opérateur voit exactement l’image de la caméra, en direct et en temps réel, tout en ayant la possibilité de déterminer l’altitude, la perspective et le cadrage.

La mise en service de ces plateformes aériennes sans pilote permet de recenser et de surveiller les surfaces forestières exploitées, et ce, avec une précision sans précédent et dans un rayon d’action nettement élargi. Ses deux atouts : le vol à basse altitude et une relative indépendance vis-à-vis des conditions météorologiques. Le résultat des survols peut être directement pris en compte dans les plans d’exploitation.

L’un des champs d’application classiques des drones est la cartographie des forêts et des terres. Les images fournies peuvent être utilisées rapidement pour différentes analyses et applications, telles que le contrôle de l’état sanitaire des arbres et des plantes. Il peut s’agir de la détection précoce et de l’évaluation des attaques de parasites ou encore de la mesure du taux d’humidité ou du volume de bois mort. Les drones permettent par ailleurs de réaliser en quelques minutes des prises de vue très nettes de l’état des cimes des arbres – un type d’inspection considéré jusqu’alors comme long et contraignant. Ils sont aussi appelés à jouer un rôle essentiel dans d’autres missions, notamment dans l’analyse des dommages causés par l’eau, la neige, la grêle, la tempête ou le feu. Enfin, l’« oeil » de ces appareils est capable de localiser très vite la position et l’ampleur des dégâts imputables au gibier.

En combinant des clichés infrarouges et des photos NDVI (Normalized Difference Vegetation Index), on obtient des images permettant de mesurer la croissance des plantes, l’expansion de la végétation et la production de biomasse. Il suffit de saisir l’état d’exploitation des forêts pour pouvoir établir une planification détaillée du renouvellement forestier et déterminer le nombre, la densité et l’emplacement exacts des végétaux à planter. En revanche, dans les régions montagneuses, la mise en place de layons de débardage et de lignes de câblage pose souvent problème car, vu d’en bas, il est difficile de se rendre compte si un rocher, une saillie ou un arbre protégé se trouvent sur le tracé prévu. En fournissant instantanément un résultat clair, le drone facilite et accélère la décision. Par ailleurs, contrairement aux avionsphotographes classiques, qui ne peuvent prendre des clichés qu’à la verticale, il dispose d’une caméra capable de pivoter, donc de capturer l’image exacte de la pente. L’utilisation du multicoptère joue aussi un rôle grandissant dans l’observation des changements climatiques. En fournissant des photographies numériques parfaitement fiables, les milieux sylvicoles peuvent apporter ici une aide, voire une contribution majeure aux prises de décision politiques.

Selon une étude de mai 2013 du McKinsey Global Institute, l’utilisation du drone en tant qu’outil issu de la robotique impacte déjà plusieurs facteurs économiques clés, tels que le coût du travail, la productivité, la flexibilité et la sécurité. Et, de fait, l’efficacité, la rentabilité et la facilité de déploiement du multicopère laissent augurer un remarquable développement. Fonctionnant en mode tout électrique, donc silencieux et écologique, il constitue l’une de ces innovations qui répondent en tous points aux exigences imposées à la technologie actuelle. Ce thème sera précisément au coeur des présentations et démonstrations effectuées par le Conseil sylvicole KWF (Kuratorium für Waldarbeit und Forsttechnik e.V.) sur le terrain de plein air de la LIGNA 2015.
27 novembre 2014
Si vous avez aimé cet article, vous devriez également le lire:

L`industrie du bois - en declin au Cameroun
Le bois est le materiau du futur